Cabinet Delambre , 1 rue Delambre, 75014 Paris, France
 
Christine Calypso KAN

Syndrome de l'imposteur et hypnose


syndrome de l'imposteur paris 14

Vous êtes souvent angoissé au travail ? Vous avez l’impression de faire moins bien que vos collègues, voire de ne pas mériter votre poste ? Si vous doutez régulièrement de vos capacités professionnelles, il se peut que vous soyez victime du syndrome de l’imposteur

Les signes du syndrome de l’imposteur

Plusieurs signes peuvent faire soupçonner un syndrome de l’imposteur chez quelqu’un : L’échelle de Clance a été développée afin d’évaluer la présence chez une personne du complexe d' l'imposteur.

Une anxiété élevée, une faible estime de soi, un auto-dénigrement régulier et la banalisation de ses accomplissements sont des indices importants. Je peux en parler facilement car je l'ai ressenti pendant des années et qu'encore aujourd'hui, il point parfois le bout de son nez...

Quelques exemples de comportements au travail

  • Un salarié qui occupe un bon poste dans son entreprise et se dit qu’il a eu de la chance plutôt que de regarder objectivement ses succès, son parcours et ses compétences.
  • Un salarié complimenté pour un dossier pense que ses supérieurs veulent juste lui faire plaisir.
  • Une personne embauchée à un poste intéressant se dit qu’il n’y avait pas d’autre candidat en lice.
homme-en-stress-prise-de-parole-en-public

Syndrome de l'imposteur : causes, manifestations et solutions

Pendant plusieurs décennies, le syndrome de l’imposteur a été ignoré en entreprise. L'existence même de ce mal-être psychologique a longtemps été passée sous silence, probablement car c’est souvent un sentiment honteux que l’on préfère dissimuler.

Les personnes atteintes du syndrome de l'imposteur rejettent systématiquement le mérite lié à leur travail. Elles attribuent leurs succès à des éléments extérieurs (la chance, leurs relations, des circonstances particulières).

Dans certains cas la personne peut se percevoir comme une sorte d’arnaqueur qui abuse ses collègues, ses amis, ses supérieurs et s'attend à être démasquée d'un jour à l'autre, ce qui génère du stress.

Elle doute de ses compétences et ce syndrome persiste malgré les succès scolaires ou professionnels. Il s'agit principalement d'un conflit entre la perception que l'on se fait des autres et la façon dont on se perçoit soi-mêmeBeaucoup de personnes à haut potentiel sont atteintes de ce syndrome de l'imposteur.

Ces personnes sont souvent très perfectionnistes. En effet, les perfectionnistes se fixent souvent des attentes extrêmement élevées et la moindre erreur les fait douter de leurs compétences.

Elles essaient souvent de maîtriser 100% de leurs sujets et n’osent pas intervenir en réunion ou poser une question, de peur de passer pour des imbéciles.

Elles peuvent rechigner à demander de l’aide craignant de montrer qu’elles sont en échec.

Et souvent, elles se forcent à travailler plus dur que les autres pour justement prouver qu'elles ne sont pas des imposteurs. En voulant être parfaits dans tous les aspects de la vie – au travail, en tant que parents, en tant que partenaires, elles peuvent se sentir surmenées et faire un burn-out ou même une dépression. 

En effet, le syndrome de l’imposteur n’étant pas limité au domaine professionnel, il peut aussi toucher la sphère familiale, les loisirs ou l’apparence physique.

 image-avec-deux-options-changer-ou-pas coaching paris 14

Définition du syndrome de l'imposteur : la sensation d'être à une place trop élevée pour soi

Un point important : le syndrome de l’imposteur n'est pas une maladie. Le manque de confiance en soi concerne de très nombreux salariés.

Il est fréquent de traverser des périodes de manque de confiance notamment en début de carrière ou dans des phases de vie particulières (nouveau poste, naissance, rupture, nouveau management, etc.). Il peut survenir quand on traverse simplement des difficultés qui génère des mécanismes psychologiques occasionnant du stress au travail, de l'anxiété et des doutes.

Loin d'être un trouble mental ou une maladie psychique, le syndrome de l'imposteur désigne simplement un phénomène psychologique, consistant pour le sujet à penser qu’il n’est pas au niveau.

On doute de nos capacités, de nos qualités professionnelles, au point d’avoir le sentiment de ne pas mériter nos fonctions.

Plus on doute, plus cela va générer du stress et impacter petit à petit notre vie personnelle. Cela peut même parfois nous plonger dans une forme d'anxiété profonde, quand on doit exécuter une nouvelle tâche ou interagir avec de nouvelles personnes. Il s’agit d’une forme de dévalorisation excessive, qui peut être temporaire ou durer dans le temps et parfois avoir des conséquences graves comme le burn-out.

Comment se manifeste le syndrome ?

Dans une étude publiée par la revue Medical Education en novembre 2019, on a constaté que le syndrome de l’imposteur s'observait chez 22 à 60 % des étudiants en médecine et des praticiens.

Les chiffres généraux sont encore plus alarmants : une publication du Journal of Behavorial Science, datant de 2011, a ainsi révélé qu'à travers le monde, 70% des personnes souffraient du syndrome de l'imposteur à un moment ou à un autre de leur vie. Et ce, quel que soit le milieu professionnel concerné.

femme-nostalgique syndrome de l'imposteur paris 14

Des pensées négatives découlant du sentiment d'imposture

Lorsqu'une personne pense ne pas être à sa place ou au niveau exigé, tous ses schémas de pensées se déploient sur la base de cette fausse croyance.

Elle peut s'imaginer qu'elle est moins qualifiée que ses collègues. Vivant en permanence dans le stress, elle va commencer à ruminer et n'hésitera pas à s'autosaboter, refuser les compliments et multiplier les erreurs.

Par ses ruminations et ses pensées négatives, la personne arrive à se convaincre que ses qualités ont peu de valeur, et parfois qu’elle-même n'a que peu d'importance.

Un cycle infernal se déclenche alors, via lequel elle remet exagérément en cause tout ce qu'elle fait, ce qui a pour conséquence d'alimenter le doute et d’impacter confiance en soi et estime de soi.

Face à ce phénomène, l’hypnose peut être extrêmement bénéfique et aider à substituer aux pensées négatives, des pensées positives utiles pour construire une meilleure estime de soi.

Les évolutions comportementales associées au syndrome

Après les pensées négatives, les effets du syndrome de l'imposteur se traduisent dans les comportements.

Une personne traversant une période de doute, marquée par le syndrome de l'imposteur, refusera systématiquement toute prise d'initiative. Doutant de tout ce qui la concerne et s'accordant peu de crédit, elle refusera presque toujours de s'engager sur des projets nouveaux, à moins d'y être contrainte.

Lorsqu'une personne vit en se prenant pour un imposteur, en pensant qu'elle trompe ses collègues ou qu'elle reçoit des avantages immérités, elle se met constamment dans une posture de fuite et peut passer à côté de promotion, voire être licenciée si ce sentiment perdure…

homme-migraine-et-triste syndrome-de-limposteur hypnose paris 14

L'état d'esprit caractéristique du syndrome de l'imposteur

L’imposteur présumé finit par être convaincu qu'il ne peut rien faire convenablement, et qu'il est préférable de ne pas prendre d'initiative. Il craint le jugement d'autrui, vivant notamment dans la peur que sa « supposée imposture» soit révélée au grand jour.

En réaction à cette idée, il va mettre en place divers procédés de défense qui consisteront à s'éloigner de toute prise de risque professionnelle. Il va rejeter les opportunités de promotion, préférer ne jamais prendre de responsabilité ou encore choisir instinctivement de se soumettre aux opinions de ses collègues plutôt que de donner la sienne. Cela va générer une dégradation de l'estime de soi.

Causes du syndrome et facteurs qui le favorisent

Dans une étude parue en octobre 2016 dans la revue scientifique américaine National Journal of medicine, un groupe de chercheurs souligne que le syndrome de l'imposteur semble plus présent chez les femmes. Si le genre impacte effectivement, d'autres facteurs entrent aussi en jeu.

 grand-pere-et-son-fils

L'éducation et la famille

L'environnement familial dans lequel on évolue, et donc l'éducation qui nous a été inculquée, sont susceptibles de favoriser le syndrome de l'imposteur.

Une personne exagérément félicitée tout au long de son enfance pourra avoir tendance à surestimer ses aptitudes ou au contraire à remettre en cause sa légitimité au premier échec. C’est ce que l’on travaille en hypnose humaniste lorsque l’on va visiter l’enfant intérieur blessé : c'est le syndrome de l'enfant roi.

À l'inverse, un homme ou une femme fréquemment dénigré(e) pendant l’enfance pourra grandir avec le sentiment de devoir toujours prouver ce qu'il/elle vaut.

Même pour les actions et les tâches les plus banales, la personne choisira de se préparer à l’excès. Elle risquera également de considérer par la suite que ses réalisations ou ses créations sont trop simples pour être dignes d'éloges ou d'attention et à semer le doute dans l’esprit de son entourage.

Les blocages mentaux liés au genre

Les hommes aussi bien que les femmes sont susceptibles de faire face à ce syndrome durant leur vie.

Néanmoins, même si des avancées s'observent, d'importants efforts restent encore à fournir. Des données de l'INSEE renseignent par exemple qu'en France, en 2021, les salaires des femmes étaient encore en moyenne inférieurs de 24% à ceux des hommes.

Lorsqu'elle n'y prend pas garde, une femme peut facilement travailler plus que nécessaire, ou sous-estimer ses aptitudes. Selon sa force mentale, elle se mettra en concurrence permanente avec les hommes et sera prête à se surmener pour prouver sa valeur.

Ou encore, elle s'auto-convaincra qu'elle est moins compétente que les hommes.

Face à cette forme du syndrome de l'imposteur, intimement liée au genre, l'hypnose pourra permettre de travailler la confiance en soi, l’estime de soi et l’affirmation de soi. On pourra également travailler sur les croyances limitantes et les auto-sabotages.

deux pantins syndrome imposteur paris 14

Les préjugés sociaux et les exigences du métier

Le milieu social peut être un terrain propice au développement du syndrome de l'imposteur. Une personne venant d'une famille modeste et ayant connu une rapide ascension sociale, se dira par exemple qu'elle n'en est pas digne. Si elle vient de milieux privilégiés mais n'exerce pas un métier lui permettant de s'aligner sur les standards de ces milieux, il arrivera qu'elle s'auto-dénigre ou qu'elle se mette une pression trop importante pour exceller dans son travail. Certaines personnes, se comparant à d'autres qui ont obtenu un diplôme « reconnu », peuvent juger que leur place est illégitime ou que leurs réalisations ne sont pas suffisamment qualitatives.

Selon le professeur Ket de Vries, des attentes parentales de réussite professionnelle et sociale trop faibles ou trop élevées seraient des causes fréquentes à ce syndrome de l’imposteur.

Il survient également si la personne de par son sexe se retrouve en minorité dans son métier ou sa profession (par exemple une femme dans l’industrie du bâtiment).

Il peut aussi affecter une personne dont la carrière a changé souvent ou progressé très rapidement au cours de sa vie professionnelle. Parfois soupçonnée de favoritisme, la personne peut être amenée à croire que ses compétences n’ont rien à voir avec ses promotions.

Ces situations créent chez ces personnes un doute sur leurs compétences réelles et une profonde anxiété.

femme-allonge-dans-le-noir  syndrome imposteur paris

Conséquences du syndrome de l'imposteur : quand la baisse de l'estime de soi fragilise votre vie personnelle et professionnelle

Quels que soient les facteurs ayant généré un syndrome de l'imposteur, des conséquences s'observent aussi bien sur le plan professionnel que sur le plan personnel.

Les implications du syndrome sur la personne : manque de confiance en soi et perte de la joie de vivre

La vie professionnelle occupe généralement une place importante dans la vie.

Ainsi, lorsque naissent des doutes sur nos performances ou nos compétences, toute notre vie s’en trouve impactée. Petit à petit cela affecte confiance en soi, estime de soi et notre bien-être en général.

Lorsque l'estime de soi prend un coup, notre équilibre émotionnel et mental est mis à rude épreuve.

Au quotidien, il nous arrivera de ressasser nos doutes, de ruminer sur telle tâche qui aurait pu être mieux exécutée, etc.

Dans les cas les plus avancés, on perd progressivement notre joie de vivre, on perd le sommeil et nos interactions avec les autres deviennent complexes ou tendues.

La carrière professionnelle en prend un coup

Puisque c'est dans l'environnement professionnel que naît le syndrome, l'une des principales conséquences de ce phénomène est évidemment liée à la carrière. Selon la façon dont se manifeste le syndrome, la personne donnera l'impression d'en faire trop ou, au contraire, de ne pas être impliquée et de se détacher de la vision de l'entreprise.

En parallèle, alors qu’elle aurait pu bénéficier d'une promotion ou encore d'une revalorisation salariale, elle s'opposera à toute proposition allant dans ce sens, donnant ainsi un coup d'arrêt à sa carrière

Les personnes ayant le syndrome de l’imposteur peuvent se sentir stressées,  ou insatisfaites de leur poste, mais elles sont souvent terrifiées à l’idée d’en chercher un autre.

L'impact sur les rapports sociaux avec les collègues ou avec les proches

Face à un syndrome de l'imposteur, le professionnel touché n'est pas bien dans sa peau. Il ne laisse pas sa vraie personnalité s'exprimer, il a de plus en plus de mal à échanger avec ses collègues. D'ailleurs, ces derniers lui rappelant systématiquement ses doutes, les rapports avec eux peuvent même devenir de plus en plus tendus.

Du côté de ses amis et de ses proches, la personne qui subit un syndrome de l'imposteur ne vit pas non plus des relations épanouies. Obnubilée par ses hésitations et sa conviction de vivre une imposture, elle n'a plus l'esprit libre pour passer d'agréables moments avec ses proches.

Lorsque des stratégies ne sont pas déployées pour éliminer progressivement ce syndrome, il peut se révéler dévastateur.

femme-qui-vole hypnose paris

Quelques solutions pour cesser de se prendre pour un imposteur

Les conséquences du syndrome de l'imposteur prennent parfois une tournure dramatique, allant du simple stress au travail à une véritable dépression, en passant par une démission ou encore par le renfermement sur soi.

Dès les premiers signes de la présence de ce syndrome, avec notamment un stress au travail répétitif, il est essentiel de prendre conscience de la situation puis de s'organiser pour la corriger.

I Faire un bilan de ses connaissances et compétences et revisiter son parcours

Une personne touchée par ce syndrome a besoin de se rendre compte que ses doutes sont certainement exagérés. Si vous vous trouvez dans le cas, l'une des premières démarches à mener consistera à vous questionner sur ce que vous valez.

Etablissez une liste des moments dont vous êtes fiers, ceux qui soulignent vos réussites et vos forces.

  1. Établissez une liste de vos compétences et de vos différents succès professionnels et personnels. Consacrez du temps à cet exercice, puis relisez tous les éléments que vous avez notés. Vous vous rendrez compte que vous avez de la valeur et que vous avez plein de domaines de compétences.
  2. Faites vous accompagner en PNL par exemple pour travailler, vos valeurs, votre mission de vie, votre potentiel.
chat qui se voit en lion

II- Identifiez vos points faibles pour les améliorer

  1. Identifiez également vos points faibles et la façon de les combler. Sur la plupart des sujets "techniques", il n’y a pas de manque de confiance en soi mais juste un manque de compétences. Tout peut s'arranger en améliorant ses compétences par de l'apprentissage, des formations.
  2. Prenez la situation en main en recherchant la critique constructive « Qu’est-ce que je dois commencer à faire ? Qu’est-ce que je dois continuer ? Que dois-je arrêter ?"

III- Fixez-vous des objectifS

Ce point est également important pour sortir du syndrome de l'imposteur.

L'une des causes du stress au travail se trouve dans le fait que vous vous fixez des objectifs exagérément élevés, pour essayer de donner une impression positive à vos collègues ou encore pour effacer vos doutes.

Afin de diminuer le syndrome que vous vivez, adoptez une stratégie différente : définissez des objectifs réalistes, en tenant compte des éléments que vous avez à votre disposition et des spécificités des tâches que vous accomplissez.

Il peut s’agir par exemple de programmer les différentes étapes de réalisation d’un dossier ou d’entreprendre une formation ou des actions pour renforcer vos compétences.  L’idée est d’être actif, de prendre des décisions et d’avoir la responsabilité de ses choix.

Vous pourrez ainsi vous attribuer sans aucun doute possible vos actions et réussites. 

En vous appuyant sur votre expérience, formulez aussi précisément que possible ces objectifs (en les décomposant). Fixez également de façon réaliste le laps de temps sur lequel ils seront atteints. Et félicitez-vous à chaque fois que vous en atteignez un !

V- Pensez aux personnes ou aux événements qui ont pu miner votre confiance en vous.

Efforcez-vous de découvrir la source de votre syndrome de l’imposteur. Nous pourrons travailler en hypnose de régression le fait de revisiter ces souvenirs pour qu'il n'impacte plus votre vie actuelle.

On pourra travailler aussi en hypnose humaniste sur le critique intérieur ou sur l'estime de soi.

VI- Sollicitez le soutien d'un proche ou l'aide d'un professionnel

Parmi vos parents, vos amis ou vos collègues, il peut arriver qu'une personne ait remarqué et souligné l’impact de votre stress au travail ou à la maison. Si une relation de confiance s'établit avec cette personne, n'hésitez pas à lui confier ce que vous vivez.

Le simple fait de vous confier servira déjà à vous soulager; vous vous libérerez l'esprit. Par la suite, s'il s'agit d'une personne qui vous connaît bien, ses témoignages sur vos accomplissements ou sur vos aptitudes vous remonteront le moral, et aideront à gommer vos doutes.

À défaut d'un proche, vous pouvez bien sûr solliciter un professionnel.

Dans mon rôle de coach, d'accompagnateur et d'expert en hypnose et en sophrologie, je considère par exemple l'écoute comme une phase essentielle. Avant l'élaboration d'une quelconque stratégie d'accompagnement, je prends le temps de vous écouter et de vous comprendre.

VII- Acceptez d'affronter de nouveaux défis

Si vous êtes en permanence stressé au travail, accepter de nouveaux défis vous aidera à vous changer les idées en expérimentant des nouveautés.

Par ailleurs, une fois que vos compétences et vos connaissances vous auront permis de relever pleinement ces défis, votre confiance en vous en sera améliorée.

IIX- Apprenez à lâcher prise au travail.

Vous n’y arriverez pas parfaitement au début, mais l’essentiel est d’éviter de céder à l’anxiété, et de renforcer votre confiance en vous, progressivement.

Pour vous aider à vous détendre, vous pouvez adopter certaines techniques de lutte contre le stress (sieste, méditation, relaxation).

Nous pourrons travailler votre relaxation en hypnose ou en sophrologie et je vous donnerai des techniques pour être rapidement autonome.

seance hypnose paris femme allongée

L'accompagnement par l'hypnose, une marche vers l'amélioration de la confiance en soi

Que vous viviez déjà un épisode avancé du syndrome de l'imposteur, ou que vous traversiez simplement une phase de gros stress au travail, je vous guide à travers des séances d'hypnose, de sophrologie ou de PNL à Paris 14e ou à distance.

Mes objectifs demeurent les mêmes, quelle que soit votre situation : vous aider à avoir plus confiance en vous et à vous sentir bien dans votre peau, parce que vous n'êtes pas un imposteur.

Si ce syndrome de l’imposteur peut provoquer de grandes souffrances, l’hypnose ou la sophrologie peuvent la soulager et permettre de retrouver une bonne estime de soi.

Sources

Pauline Rose Clance, Le Complexe d'imposture ou Comment surmonter la peur qui mine votre sécurité, Flammarion, 1986

Liens externes

L'échelle de Clance pour évaluer le syndrome de l'imposteur : https://www.penserchanger.com/wp-content/uploads/2017/07/Echelle-de-Clance-du-Ph%C3%A9nom%C3%A8ne-de-l-Imposteur.pdf [archive]

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/medu.13956

https://www.forbes.com/sites/carolinecastrillon/2019/01/27/why-imposter-syndrome-is-a-good-thing/?sh=4dd323e0472a

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5116369/

https://www.insee.fr/fr/statistiques/6047789?sommaire=6047805


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Envoyé !

Derniers articles

À la une

Comment réussir sa prise de poste ?

06 Jan 2024

Une prise de poste est toujours une période délicate, près d'un quart des prises de poste ne répondent pas aux attentes. Les clés pour la réussir ci-dessous.

À la une

20 croyances sur le tabac

02 Déc 2023

Découvrez les 20 idées reçues sur le tabac pour vous aider à arrêter de fumer en douceur grâce à l’hypnose.

À la une

Surmonter la peur du rejet et de l'abandon avec l'hypnose

31 Oct 2023

Les blessures de rejet et d'abandon impactent fortement nos vies d'adulte. Heureusement on peut s'en libérer grâce à l'hypnose.

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été proposé par Je peux pas j'ai hypnose

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.